Contactez-nous

Vous pouvez contacter notre service client par téléphone
du lundi au vendredi
de 08h30 à 12h30

Tél. :09.83.73.38.58
0781.093.091

Contacter notre service client
Remise nouveau client

Points fidélité

Points de fidélité Diabetys

Paiements

Paiements sécurisés par la banque CIC Paiements sécurisés par Paypal

Chèques et virements

Paiements chèque acceptés Paiements virement acceptés

En savoir plus >>

Les différents types de diabète

Deux types de diabète

Le diabète est une maladie chronique, connue sous deux différents types que sont le diabète de type 1 et le diabète de type 2.

Le diabète de type 1 est dit insulino-dépendant (DID), car il est traité obligatoirement par des injections d'insuline. Il est souvent nommé diabète juvénile parce qu’il touche une population jeune, ou diabète maigre car l'amaigrissement est l'une de ses conséquences. Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune.

Le diabète de type 2 est dit non insulino-dépendant (DNID). Il est également appelé diabète gras ou diabète mature, car ce diabète survient essentiellement chez des personnes présentant un surpoids et d'un âge plus avancé, généralement après 50 ans. Un régime, des médicaments et si besoin de l'insuline permettent de traiter ce type de diabète.

Le diabète de type 1 représente environ 1 cas sur 10 contre 9 cas sur 10 pour le diabète de type 2, qui reste donc aujourd’hui le plus répandu des diabètes.

 

Les causes de ces diabètes

Pour fonctionner correctement, l'organisme doit maintenir un certain équilibre et il doit notamment maintenir le taux de sucre sanguin à une valeur proche de 1g/L, c'est la glycémie. Deux hormones vont principalement intervenir dans la régulation de la glycémie, le glucagon et l'insuline. Le diabète correspond à un trouble de l'assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation. Ce trouble est lié à un dérèglement de la fonction première de l'insuline. Les causes des diabètes de type 1 et de type 2 ne sont pas les mêmes.

Le diabète de type 1 est causé par une production insuffisante d'insuline par les cellules bêta des îlots de Langerhans, des cellules spécifiques du pancréas produisant cette hormone.

Pour le diabète de type 2, la production d'insuline est suffisante mais c'est son action qui est devenue inefficace. En effet, l'insuline ne permet plus à ses cellules cibles de faire pénétrer le sucre présent dans le sang, par conséquent la glycémie augmente.

 

Les symptômes liés au diabète

De nombreuses personnes vivraient avec le diabète sans le savoir. C'est généralement une prise de sang qui va le mettre en évidence. Une étude a en effet révélé que le début réel du diabète précéderait de 8 à 10 ans le diagnostic de la maladie.

Les symptômes liés au diabète sont peu nombreux. Le principal symptôme est l'apparition d'une soif importante et donc d'un besoin d'uriner plus souvent. Ce symptôme est encore plus présent la nuit, obligeant la personne à se lever, à uriner et voire à boire. Si ce symptôme apparaît, alors la maladie est déjà bien installée, et il se produit lorsque la glycémie dépasse déjà 2g/L. L'excès de sucre sanguin doit donc être éliminé par l'organisme via les urines. Une grande sensation de bouche sèche et de faim, une fatigue peuvent être les indicateurs d'un diabète. Un autre symptôme lié au diabète est un amaigrissement soudain, notamment pour les enfants dans le cas d'un diabète de type 1.

Les symptômes d'un diabète n'étant visibles que tardivement, il est préférable de s'attarder plus particulièrement aux facteurs prédisposant au diabète et notamment au diabète de type 2. Ces facteurs sont principalement l'existence d'antécédents familiaux, et notamment si un parent a été diagnostiqué diabétique à l'âge de 50 ans, le surpoids, un taux de cholestérol élevé, une hypertension artérielle mais aussi le manque d'activité physique. Les femmes ayant eu de gros bébés à la naissance, plus de 4,5 kg, ou ayant eu un diabète gestationnel lors d'une grossesse présentent également plus de risques de développer un diabète de type 2.

 

Comment vivre au quotidien avec un diabète ?

L'enfant ou le jeune adulte atteint d'un diabète de type 1 devra obligatoirement effectuer une ou plusieurs injections d'insuline par jour. Cela est indispensable pour compenser le manque de production d'insuline par l'organisme. Après chaque repas, l'enfant ou le jeune adulte devra contrôler sa glycémie en piquant le bout de son doigt. En fonction de la glycémie lue, la dose d'insuline à injecter sera adaptée afin de faire baisser suffisamment le taux de sucre dans le sang. En parallèle, l'enfant ou le jeune adulte doit adopter une alimentation saine et pratiquer une activité physique régulière. Il est également important que l'enfant comprenne sa maladie, en apprenant à tester sa glycémie et en adaptant les doses d'insuline.

Une personne souffrant de diabète de type 2 n'a pas nécessairement besoin d'injections d'insuline. Dans un premier temps, il est primordial d'adopter une alimentation saine, de perdre du poids si besoin et de pratiquer une activité physique régulière. L'arrêt du tabac est aussi préconisé. Si la maladie est plus avancée, le médecin généraliste ou le diabétologue pourra prescrire des médicaments oraux de type antidiabétiques. Ces médicaments ont essentiellement deux rôles, stimuler la production d'insuline par le pancréas et augmenter l'action de l'insuline dans l'organisme.

 

Comment adapter son régime alimentaire pour un diabétique ?

Adopter un régime alimentaire sain et équilibré est primordial pour tous les diabétiques de type 1 et de type 2. Ils doivent impérativement réaliser 3 repas par jour, en ajoutant des collations si besoin. Le fractionnement des repas est indispensable pour maintenir un bon équilibre de la glycémie.

Il faut manger sans excès, prendre ses repas à des heures régulières et il ne faut pas sauter de repas. Il faut privilégier certains types d'aliments tels que les féculents (riz, pâtes, pain...), les fruits et les légumes, les viandes maigres (viandes blanches) et le poisson. Les féculents doivent être répartis sur la journée pour que l'apport en glucides corresponde aux besoins de l'organisme et à l'activité physique. Il faut utiliser des huiles végétales plutôt que du beurre ou de la crème. Les produits riches en sucre et en graisse sont à limiter, de même que l'alcool. Les sucreries peuvent être consommées mais en quantité restreinte et plutôt à la fin d'un repas. Il faut également s'hydrater suffisamment, un litre d'eau par jour, en privilégiant l'eau et les boissons chaudes non sucrées (café, thé, tisane).

TOP